Message de Mme La Proviseure suite à l’acte terroriste

A toute la communauté éducative, aux élèves, aux parents et responsables légaux

Madame, Monsieur,

Après le temps de la sidération, suite à l’acte terroriste ayant conduit à la mort tragique de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège du Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, nous voilà dans le temps du recueillement et des hommages.

Que dire devant le gouffre qui sépare le geste portant la mort et ce pourquoi la mort est donnée : des mots et des images que ce professeur a utilisés comme support pédagogique dans son cours d’éducation morale et civique pour enseigner à ses jeunes élèves ce qu’est la liberté d’expression, la liberté tout court, bien si rare dans le monde et d’autant plus précieux.

Il est dit dans la Bible et notamment dans l’Evangile selon Saint Mathieu 19-18 : « Tu ne tueras point ». Le Coran affirme lui aussi : « Ne tuez point la vie qu’Allah a rendu sacrée » Al-Isra 17-33, tout comme la Torah : « Tu ne tueras point » dans le Livre de l’Exode 20-13 ou encore la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dit dans son article 3 : «Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».

Un homme, un père de famille, un professeur est mort. Pour quoi ? Pour qui ? Il laisse orphelins ses enfants, des enfants qui ne reverront jamais leur père, des élèves, des élèves qui ne reverront jamais leur professeur, des collègues, les enseignants de France et d’ailleurs, une nation, la nation française, constituée des tous les citoyens qui croient et portent les interdits et les valeurs fondamentales et universelles : la liberté, l’égalité et la fraternité.

Bientôt viendra le temps du retour en classe que nous voulons serein et apaisé, pour tous. Il est, à l’école, une place pour chacun quelles que soient ses croyances et ses opinions. Il est, à l’école, une place pour l’expression individuelle, pour l’apprentissage de l’argumentation, de la démarche scientifique, du bon usage des réseaux sociaux et de leurs dangers… pour aider aux échanges, dans le respect d’autrui. Il est, à l’école, une place pour chacun, dans la dignité.

Viendra le temps de la réflexion, du dialogue et du partage s’il est souhaité. Il nous faudra, dans cette réflexion, interroger en profondeur les valeurs et aller au-delà de ce qu’elles ont d’immédiatement consensuel. En retrouver la substantifique moelle, celle universelle qui permet le vivre ensemble aujourd’hui et demain.

                                                                                                      Marie-Estelle Godar
                                                                                                                      Proviseur

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
Partage